(Sommaire des textes)

A force

 

A force de lire...
D'écrire...
Ou de réfléchir.
 
A force de songer...
De rêver...
D'écouter.
 
A force de peurs...
De tumeurs...
D'humeurs.
 
A force de croire.
à force de boire.
à force de surseoir.
 
A la force de bras
qui ne sont pas faits pour ça,
A la force d'un esprit
par les ans affaiblis.
 
A force de les écouter,
tous ces
[lire la suite]
Rédaction : 01/05/2013 Parution : 01/05/2013

Alfa

Ses pupilles s'étrécirent dans leurs iris métalliques. Par-delà la muraille du donjon, par-delà les murs des cités qui l'entouraient, par-delà même les plaines et les steppes, il sentit s'éveiller le vieux mâle solitaire. Il s'ébroua avec le loup et observa l'horizon avec une acuité nouvelle. Son instinct lui dictait une saveur inconnue. Il partait en chasse.
 
Une chasse dans laquelle son armure et son épée ne lui serviraient
[lire la suite]
Rédaction : 04/07/2015 Parution : 04/07/2015

Allégations

De: Dionysos
À : Pollux Sautereau
Objet : Allégations
 
Cher Monsieur Sautereau,
 
J'ai lu avec attention vos diverses publications et, si je n'ai prêté qu'une attention mitigée à vos articles techniques, j'ai néanmoins retenu avec précision vos allégations quant à mon départ de votre donjon.
 
Parce que cet article est public, je me permettrai de rappeler quelques faits et en particulier,
[lire la suite]
Rédaction : 11/08/2013 Parution : 11/08/2013

Âme qu'on damne

 

Ces rimes sublimes qui me hantent et déjantent sont en fait les cris aigris d'une âme qu'on damne pour avoir eu trop de douleurs et de bonheurs.

Rédaction : 03/04/2008 Parution : 19/04/2012

Annecy

Il regardait les montagnes et songeait. Il etudiait leurs replis et songeait. Il songeait à leur naissance, à leur future disparition, à leur érosion et aux mouvements tectoniques. Il contemplait ces monstres immobiles, leurs glaciers menacés, et songeait à lui. Car si nulle montagne ne l'affrontait, si nul glacier ne traversait la route qui semblait lui avoir été tracée, il trouvait une certaine sérénité à observer des paysages qui

[lire la suite]
Rédaction : 18/02/2012 Parution : 19/03/2012

Anonymous spirit

Un genou en terre, la tête baissée comme pour un adoubement par l'épée de la vie, les yeux secs de tant de larmes passées, de tant de cris dépassés, il a figé ses pensées. Il a perdu son royaume sans sujet, sur les rivages d'une île qu'il avait crue prospère. Il a perdu ses proches, abandonné ses idéaux de conquête sans guerre de tous les horizons et seule subsiste dans ses poches la poussière de ce qu'il avait

[lire la suite]
Rédaction : 15/01/2009 Parution : 19/03/2012

Aphrodite palpite encore

Et pourtant Aphrodite palpite.

Bouddha et Dionysos ont eu beau jeu de l'enterrer aussi profondément que leur courage les y autorisait dans les tréfonds du donjon, Aphrodite devine, Aphrodite sait que si elle n'entrevoyait ce rai de lumière aux frontières de son tombeau, elle y mourrait.

Car pourtant Aphrodite aperçoit l'évidence qu'ils ne semblent ressentir : elle est forte de cette certitude

[lire la suite]
Rédaction : 28/03/2012 Parution : 01/04/2012

Aplosion

 

Aphrodite émergea. Explosa, plus précisément. Elle avait eu le temps de se faire belle. Très belle, même. Les ongles laqués, les cils lasurés, épilée pour qu'aucun poil ne dépasse de la mini-jupe qu'elle portait, talonnée de 12 centimètres d'ébène, elle avait décidé qu'elle en avait assez. Les pignoufs du troisième croyaient décider, mais elle avait son mot à dire et se donnait l'opportunité de le prononcer. À peine
[lire la suite]
Rédaction : 22/07/2012 Parution : 03/08/2012

Apprendre enfin

Apprendre à ne pas dépendre. Apprendre à ne pas espérer. Apprendre à appliquer les règles de survie que j'ai moi-même définies. Comprendre enfin que l'instant présent est rarement à la hauteur de son attente, appréhender enfin que chacun est menteur dans ses promesses, accepter enfin de vivre en vrai solitaire, prendre enfin conscience qu'il n'est nulle douleur , nulle absence qui doive gouverner mes attentes,

[lire la suite]
Rédaction : 27/02/2011 Parution : 19/03/2012

Arrête de rêver, petit

 

Je me souviens de mon futur.

Je revois ce futur antérieur à sa résiliation, ces images tellement à mon futur conditionnées qu'elles en furent effacées avant même que de connaître le présent.

Je revis ces instants d'un rêve où, roi du monde ou simple hère, mes projets s'évanouissaient sans autre existence qu'un présent éphémère aux tréfonds de mes pensées.

J’ouïs encore les phrases

[lire la suite]
Rédaction : 29/01/2013 Parution : 29/01/2013

Assaut

Son regard avait été attiré par un petit éclat lumineux très bref à droite, là-haut.
 
Là-haut, il n’y avait que les restes d’un donjon, partiellement écroulé. Une forteresse devenue inutile à force de brèches et de cavités béantes. En leur temps, ces murailles avaient certainement retardé bien des intrus dans leur progression vers l’affrontement rapproché, laissant les importuns plus longtemps que prévu sous le feu de la
[lire la suite]
Rédaction : 19/08/2014 Parution : 19/08/2014

Au coeur des gravats

S'assoupissant doucement, il observa comme son univers avait changé. Les murs du donjon qui le protégeait s'étaient affaissés, effondrés, et il reposait désormais au coeur d'un amas de gravats, à même le sol, dénué de toute protection, exposé à la vraie vie comme s'il eut été nu en pleine ville. Partiellement dissimulée derière les restes de l'escalier, elle le regardait sans montrer de sentiment. Elle,

[lire la suite]
Rédaction : 22/12/2013 Parution : 22/12/2013

Au hasard d'émois

Comme d'habitude, mon Bouddah me regarde en se fendant la poire et ignore la question que je lui ai posée. Pourtant, cette fois, j'ai cru le voir me cligner de l'oeil. Et puis il a l'air plus hilare que d'usuel. Peut-être est-il content pour moi. Va savoir.
 
Il faut admettre qu'il est bien placé pour connaître Celle que j'attends -même si je ne lui en ai jamais parlé directement. Et je ne doute pas
[lire la suite]
Rédaction : 20/07/2013 Parution : 20/07/2013

Autel sacrificiel

Aphrodite pleurait. Elle qui, depuis toujours, distribuait amour et réconfort, pour une fois, versait ses larmes sur elle-même. Elle pleurait car elle savait déjà. Elle savait déjà car elle savait pourquoi. Pourquoi ses efforts avaient été vains, pourquoi une infinité d'années n'aurait pu lui faire gagner ce combat. Le petit bedonnant souriant la regardait. Il semblait amusé de la voir souffrir les affres de la

[lire la suite]
Rédaction : 25/01/2011 Parution : 20/03/2012

Auto-portrait

 

Je ne suis pas écrivain, moins encore un poète. Si s'arrondissent sur le papier les pleins et les déliés de mes pensées, les mots alignés se transforment en reposoir de mes questions, me protègent de l'explosion de mes émotions, me font moi-même frissonner tant ils sont arrachés à mes plus profonds.
 
Peut-être ne connaissez-vous ni mon sexe, ni mon prénom, ni mon âge ni mon passé, ni mon visage ni les
[lire la suite]
Rédaction : 13/10/2012 Parution : 13/10/2012

Avis de décès

 

A peine eut-elle ouvert les yeux, en ce dimanche matin qui s'annonçait ensoleillé à travers les volets mi-fermés, qu'elle vérifia sur son téléphone qu'elle n'avait pas raté l'avis de décès. Il eut été peu probable qu'elle manquât durant la nuit la corne de brume qui en constituait la sonnerie et, de fait, nul appel en absence ne lui signifiait que l'inconnu était trépassé. Elle se rallongea dans son lit avec
[lire la suite]
Rédaction : 13/08/2012 Parution : 13/08/2012

Baston

Envie de me battre. Comme un chiffonnier. Quitte à perdre, quitte à avoir mal, mais sortir contre quelqu’un cette hargne, cette rage que j’accumule. Envie de cogner sur un gros costaud, histoire de ne pas avoir de remords. Envie de défouler ces frustrations, ces regrets, ces peines qui s’entassent. Envie, pas encore besoin –pour combien de temps ? Découvrir de nouveaux actes irréfléchis, irraisonnés, en assumer les inévitables

[lire la suite]
Rédaction : 31/03/2008 Parution : 19/04/2012

Bethleem

Sur ma tempe une veine saille. En ce jour où l'esprit de Bethléem anime la planète, je la sens battre, cette veine, comme si elle allait jaillir, céder, laisser s'écouler les rebuts de mes pensées, exploser et ficher dans les murs blancs qui m'entourent les éclats de mes douleurs, de tout ce que je n'ai pas compris, de ce que je n'ai jamais appris. Sur ma tempe une veine palpite, trop fort, des pulsations qui vont mener à

[lire la suite]
Rédaction : 25/12/2008 Parution : 19/03/2012

Blog d'amour

 

Il n'en pouvait plus de patienter. Son échéance était demain, mais il y avait déjà plusieurs semaines qu'il en connaissait la date. Les préparatifs avaient été longs, car il avait eu du mal à obtenir certaines informations importantes, mais il était désormais fin prêt et n'attendait plus que le début de l'action. A chaque fois qu'il se répétait le plan qu'il devait suivre, il entrait presque en érection. Demain.

[lire la suite]
Rédaction : 13/04/2008 Parution : 16/03/2012

Blues sans foi

 

Ennui. Désuétude. Amalgame. Mots sans saveur, leur manque une grammaire. Manquent des phrases qui restent bloquées, qui ne passent pas le cap de la formulation. Désencyclopédie. Même l’humour a son encyclopédie. Niveau esprit Crypto, mais pas drôle -quoique l’article sur Dieu... Ennui. Alcool. Foin de la santé, laissez-moi m’oublier. Moments volés, seul, à se demander. Que vais-je faire dans le temps que j’ai ?
[lire la suite]
Rédaction : 15/12/2006 Parution : 16/03/2012

Bonheurs ternis

Déchiré de l'âme. Déchiré de la vie. Ecorché de solitude. Coeur en pleurs. Musique des douleurs, douceur des cris absents, lenteur paroxystique des pensées en un inéluctable point mort toute une vie évoqué -jamais désiré. Rêves abolis, bonheurs ternis, horreur autorisée. Crise de trop, cris d'ado, ni être ni paraître. Silence et paix, désunie unité des traits

[lire la suite]
Rédaction : 16/11/2008 Parution : 22/04/2012

Bonne nuit chérie

 

Au-delà de ces idées
houleusement échangées,
je souhaite aussi avec toi partager
le plaisir des mots simplifiés.
Le bonheur des réflexions apaisées.
Le calme après l'émotion,
Le baume de tes expressions,
les sourires après les soupirs,
la poésie des vers tendres,
le passé des noirceurs à revendre,
le jour d'hui né d'hiers fertiles,
les demains en l'instant inutiles...
Partager cette
[lire la suite]
Rédaction : 24/03/2011 Parution : 19/03/2012

Born to die

 

I believe I'm just born to cry, born to die. It's a hard life when you believe you'll never get the stars, succeed in smiling, win the game, when you exactly know that you'll die, whenever and wherever and whatever happens before, either light or blackness...

Rédaction : 19/11/2011 Parution : 20/03/2012

C la vie

 

Ce texte a été griffoné par un enfant de dix ans, puis froissé et jeté à la poubelle, où je l'ai récupéré par hasard.

La vie est dangereuse, la vie est méchant, la vie nous a crée, la vie nous prend pour des joué. Nous on polue ce que la vie a mis des millions d’années à faires, nous on casse tous est on construit par de nos encêtre. La vie peux être gentil autans que méchante. La vie nous arache le cœur qu’en rencontré

[lire la suite]
Rédaction : 20/01/2007 Parution : 16/03/2012

Calligraphie

 

Au sein clair de la page étendue vers d'improbables infinis, espace illimité où savent nicher les innombrables pensées, surgissent, légères, quatre courbes d'une habile plume osée. Art ou mot inconnu, lettre ou squelette, quatre traits se croisent tels un subliminal art minimal qui s'achève sur des roseaux en bordure de l'eau, sur des personnages suivant un chemin, sur une herse se refermant derrière un condamné.
[lire la suite]
Rédaction : 16/10/2012 Parution : 16/10/2012

Celle qui me rend heureux

 

Tu es celle que je regarde, non avec mes yeux ou ceux des autres, mais avec le bonheur d'admirer celle qui me grandit, avec laquelle les règles sont un partage, la liberté un échange, les valeurs un cadeau... Au sein de gens qui nous acceptent tels que nous sommes, qui pour certains s'en réjouissent et qui pour les autres n'en semblent pas dérangés, nous acceptons nous-mêmes les règles d'un
[lire la suite]
Rédaction : 07/09/2009 Parution : 19/03/2012

Comme un bilan

 

Vingt ans en cage. Quatre ans de torture. Un an en asile d'aliénée. Trois ans dans la fausse sécurité d'un mensonge qui s'ignore.
 
De l'usure de la passion à la passion qui tape dans le mur, se pose désormais la question, sans être tout à fait sûr, de l'intérêt de l'amour dans ma vie d'homme mûr.
 
Donner pour souffrir, aimer pour espérer, espérer sans recevoir, survivre des miettes
que t'abandonne ta
[lire la suite]
Rédaction : 19/11/2011 Parution : 19/03/2012

Comte de Noël

Tandis que la tempête secouait les volets clos, elle sentait monter en elle la boule de larmes rituelle, qui gonflerait tout au long de la journée pour éclore, au moment où d'autres fêteraient le réveillon, comme un geyser de douleurs et d'impuissance.
 
Chaque veille de Noël lui faisait le même effet depuis son enfance. Elle aurait dû s'habituer, depuis. Pourtant ce soir elle rêverait encore du Père Noël. Son
[lire la suite]
Rédaction : 24/12/2013 Parution : 24/12/2013

D'un noir d'ambre

Ces mots que je ne murmure plus, témoins d'émotions abandonnées, victimes des fossés du chemin parcouru.
 
Ces sentiments perclus oubliés dans les méandres du passé.
 
Ces bulles de bonheur crevées quelque part, ailleurs.
 
Ces espoirs démesurés relégués au rang d'indésirables étrangers.
 
Ces instants absents d'un partage éphémère, défunt expiatique des silencieuses questions
[lire la suite]
Rédaction : 01/11/2014 Parution : 02/11/2014

D'un noir inachevé

Le noir est une transe,
une danse, lente, intense,
qui t'aspire et t'apaise,
te martèle de la puissance
de mots violents et denses.
Le noir est un slam
que tu n'écris que pour toi,
juste un cri d'alarme
que tu écris, mais pour quoi ?
Le noir est un cri,
juste un cri écrit,
jaillissement de ta peine,
de tes haines,
révélation de tes douleurs,
plume de tes rancoeurs.

Rédaction : 10/11/2011 Parution : 20/03/2012

Dans l'ombre du temps

En serrant les dents, il reprit l'ascension.

Il venait de chuter. De haut, de très haut, d'un point qui lui semblait perdu dans les sommets, dans les nuages, dans les étoiles. Il venait de dévaler les paysages qu'il avait traversés, chacun d'eux lui rappelant, au hasard des chocs qui le fracassaient, l'instant où il les avait croisés, les moments qu'il y avait passés. 

La première fois, il avait

[lire la suite]
Rédaction : 02/01/2009 Parution : 22/04/2012

Dans le vent

 

Un SMS promis mais qui ne vient pas… Un « bonne journée » plutôt qu’un « bonne matinée »… Un « ne me pousse pas dans mes retranchements » lorsque je te demande comment tu vas vraiment… Une soirée, puis une deuxième soirée où la vraie vie a été prioritaire devant ma vraie présence… Plein de toutes petites choses, normales, insignifiantes en elles-mêmes, mais qui s’additionnent depuis plus d’un mois. C’est certainement

[lire la suite]
Rédaction : 28/01/2011 Parution : 19/03/2012

De bonne famille

 

Mon bien cher Père,

 

C’est avec beaucoup de plaisir que je vous écris enfin, si longtemps après mon départ de la maison, pour vous informer de l’immense succès qui transporte mes journées.

 

L’honnêteté m’oblige préalablement à reconnaître que sur le bateau la traversée fut rude, mon excitation compensant toutefois l’inconfort imposé à tous les passagers que je côtoyai.

 

C’est avec

[lire la suite]
Rédaction : 08/05/2012 Parution : 11/07/2012

Disjonction

Le néant de mes pensées rejoint mes ombres passées. A la suractivité ont succédé le silence, le noir, l'inactivité. Comme si tous les circuits avaient été coupés. Disjonctés. Un burn-out intérieur, un burn-in donc. Trop. Trop vite. Trop fort. Trop peur. Trop de hauts, de bas. D'émotions, de rencontres, de solitudes. Trop de projets qui se collisionnent, d'envies qui s'illusionnent, d'espoirs qui deviennent noirs. Trop de

[lire la suite]
Rédaction : 23/03/2013 Parution : 23/03/2013

Donjon

Si la vie avait été autre, songea-t-il, je serais en train de m'ébattre dans ces prairies avec quelque dulcinée de l'instant ou de tout le temps. Un pli amer barra sa bouche en songeant à ces plaisirs simples, qui remplissent de bonheur. Offrir une fleur ou un sourire, sans craindre le pire, tendre ses bras et les remplir d'une présence, d'un instant de bonheur. Il plissa les yeux tandis qu'une larme dévalait sa joue et regarda à ses

[lire la suite]
Rédaction : 03/03/2012 Parution : 19/03/2012

Douves

 

J'ai érigé des murs
pour ne plus entendre.
J'ai construit des armures
pour me protéger.
J'ai rempli les douves,
levé les ponts-levis
pour empêcher
les mots de passer.
Rédaction : 15/01/2009 Parution : 19/03/2012

Ecrire le vide

Mettre en mots le vide pour cette ex-compagne qui m'a tant rempli... Ni maux ni couleurs en ces instants sans heurts, ni marches ni envols sur l'escalier monotone de la vie, sur l'escalator aseptisé des moments, succession de présents sans cadeaux, d'endroits sans charme, de rencontres fugaces et si vite oubliées. Parfois, comme une fleur jaillie dans le désert du quotidien, se forme une bulle à la surface du magma

[lire la suite]
Rédaction : 08/05/2010 Parution : 19/03/2012

Effleurement

 

J'ai effleuré le bonheur, et il m'a échappé. Je ne le savais pas, rien ne m'y avait préparé, mais je l'ai reconnu tout de suite. Lorsque j'ai tendu la main vers lui, il s'est approché et m'a donné plein de rêves, d'espoirs, d'envies, d'instants. Puis il s'est soudain détourné et a poursuivi son chemin tranquille, me laissant désemparé en proie à mes pleurs. Depuis, nous communiquons de temps en temps. Je lui demande

[lire la suite]
Rédaction : 27/03/2008 Parution : 19/04/2012

En une seconde

L’obus ne toucha pas l’hélicoptère. Sa trace lumineuse croisait la trajectoire du lourd transport de troupes, mais ils ne se heurtèrent pas. Tout au plus, l’aileron du missile effleura l’axe du rotor avant de poursuivre sa course parabolique et de retomber, inerte, à la surface d’un désert où personne ne viendrait le découvrir avant quelques dizaines d’années. Aucun des neuf hommes à bord ne perçut le moindre choc. Les

[lire la suite]
Rédaction : 14/01/2008 Parution : 16/03/2012

Enquête (inachevé)

NDA

Commencé sur une terrasse, au soleil, ce texte a souffert de mon plus gros défaut : faute d'idée de scénario, il s'achève brutalement...

Chapitre 1.

Loriane Montachiatti enfila ses chaussures de sport en ayant conscience qu'elle ne les portait pas souvent depuis qu'elle les avait achetées. C'était d'ailleurs la raison pour laquelle elle avait accepté sans réfléchir la proposition de sa petite voisine de
[lire la suite]
Rédaction : 25/08/2012 Parution : 26/08/2012

Estérification

Adossé à un moëllon dans la lumière nauséeuse d'une aube mal éveillée, il contemplait les ruines qui, jusqu'à l'horizon, balafraient les plaines. Les lueurs guerrières des explosions matérialisaient les positions de combattants dont il avait renoncé à comprendre les motivations. Les chemins s'étaient transformés en artères dont s'échappait un sang noir de réfugiés hébétés.
 
Il aurait aimé descendre la pente
[lire la suite]
Rédaction : 16/08/2014 Parution : 16/08/2014

Faire les courses, pas la course

 

Tiens, ce petit coin de nature est le lieu idéal pour me délier la plume de l'encre des mots sur le papier vergé de vos yeux fatigués.
 
Il est vrai qu'il peut m'arriver d'absenter ma présence lorsque la maîtresse de ces lieux souhaite s'y rassembler, mais à un si chaud rappel, je ne saurais opposer un lapin. Je m'en vais vous conter un non-événement majeur, en des termes
[lire la suite]
Rédaction : 31/01/2009 Parution : 19/03/2012

Forces et failles

Déconcerté, déconcentré, il ne parvenait plus à fixer son esprit sur une idée. Les paupières baissées, il luttait. Contre la gravité, contre la légèreté, il se débattait. Contre lui-même. Il avait baissé sa garde. Trop peut-être, et désormais un combat se déroulait en lui. Face à ses craintes, insidieuses comme une inondation, s'infiltraient les questions qui, telles les flots majestueux d'un Nil fertilisateur,
[lire la suite]
Rédaction : 12/08/2014 Parution : 12/08/2014

Gloubi boulga de pensées séchées sur lit de souvenirs frais

Dans ma tête, on dirait Fukushima un jour de grande marée.
Rien de spécial vu de l'extérieur,
mais il paraît que ça va péter...

Un et un ?
Un et un font deux.
Un et un font dix.
Ah, non, un et un font onze.
Instant plus instant ?
Les instants ne s'additionnent pas !
L'instant présent ne s'exprime qu'en valeur absolue.
Et

[lire la suite]
Rédaction : 22/11/2011 Parution : 20/03/2012

Guerroyage

Il était épuisé. Les événements se concertaient pour s'entrecroiser, se combiner, s'annuler et se cumuler.
 
Blotti dans le coin d'une meurtrière de ce donjon dont il tentait de préserver l'intégrité, il se sentait pris au piège entre l'espace qui s'offrait à lui par la mince fente qu'il avait sur la vie et sa crainte d'affronter à nouveau ses démons.
 
Car lorsqu'il tournait son regard vers l'escalier de son
[lire la suite]
Rédaction : 30/08/2013 Parution : 30/08/2013

Hallucination

Elle l’avait défié, juste ce qu’il fallait pour qu’il entre dans son jeu, et elle l’avait provoqué pour lancer l’affrontement. Alors ensemble ils s’étaient envolés dans une danse de combat effrénée, une capoeira déchainée, mêlant armes et mains nues, corps et armures. Il était fort, elle était rapide. L’astre lunaire à son apogée, unique spectateur, avait recoloré en noir les deux figurants de ce ballet pantomime
[lire la suite]
Rédaction : 22/08/2014 Parution : 22/08/2014

Hommage

 

 

Mes sonnets, mes quatrains, mes rimes et mes proses,
Quand vous les lisez, dites vous bien une chose :
Lorsque je les écris, c'est toujours en musique,
Dans la musique des mots qui décrivent les choses,
La musique d'une voix qui chante, qui récite, qui pique,
Dans un rythme lent, un tempo parlant,
Des mots qui font grimper des escaliers,
Aller au fond des choses,
Réfléchir en Si majeur
Sur l'éducation des
[lire la suite]
Rédaction : 04/04/2008 Parution : 19/04/2012

Horizon

Depuis qu'elle était partie, il y avait bien longtemps déjà, il la regrettait. Il ne regrettait pas d'avoir chassé ces archétypes qui ne l'aidaient pas : il regrettait qu'Aphrodite ait dû partir aussi.
 
Il attendait qu'elle revienne. Il attendrait jusqu'à ce qu'elle revienne.
 
Debout, appuyé sur son épée sur la terrasse de son donjon, le guerrier avait quitté son armure et déposé les armes. Du temps où il avait
[lire la suite]
Rédaction : 28/06/2015 Parution : 28/06/2015

Ignorante

Tu ignores tout de cette poésie qui conjugue le sens des mots et leurs rimes, le rythme des phrases et leur récitation, la noirceur des pensées ou leur profondeur, le crissement de la plume sur un papier couché.
Tu vis ta vie comme un robot, ne partageant qu'un langage, laissant sur le quai de ton départ le bagage des conjugaisons, accords majeurs ou mineurs de la musique des mots, insignifiants porteurs des véritables pensées,

[lire la suite]
Rédaction : 16/03/2012 Parution : 16/03/2012

Il marche

Il marche. Il progresse dans la rue. Il avance. Les jeunes filles qui courent à leur premier rendez-vous s'écartent devant lui. Elles ne savent pas pourquoi. Les bourgeois lui jettent un regard en fermant leur coupé. Ils ne savent pas pourquoi. Lui, il marche juste sur la ligne jaune de sa vie. Il progresse vers son destin. Soir de match, mais même les canettes ne donnent pas à leurs porteurs l'envie de faire front contre celui

[lire la suite]
Rédaction : 24/10/2008 Parution : 19/03/2012

Incidence

Une terrasse. Osée dans le froid piquant.
Une femme. Assise à l'occident.
Un regard. Croisé par accident.
Un échange. Coups d'oeil incidents.
Nul adieu. Fin d'un instant...
Rédaction : 13/11/2013 Parution : 13/11/2013

J'étais tranquille

"J'étais tranquille, j'étais peinard", plongé dans mes pensées, et je ne la vis pas approcher. Je ne pris conscience de sa présence que lorsqu'elle tira la chaise en face de moi.
« Vous permettez ?
- Euh... oui, si vous voulez... »
Tandis qu'elle s'asseyait, ses genoux frôlèrent les miens -délibérément ou non, je n'aurais su dire. Je décidai de faire les présentations en mode cash.
« Il faut
[lire la suite]
Rédaction : 14/06/2014 Parution : 27/07/2014

Je le savais

Ce matin, je me suis levé comme tous les lundis. Avec une différence : je le savais. Je savais quoi ? Je savais  dès la première seconde de mon éveil qu’il se passerait quelque chose d’important pour moi aujourd’hui. Le radio-réveil débitait les nouvelles du jour, la météo était orageuse, mais je n’y ai prêté qu’une attention polie, moi qui suis si accro aux infos. J’ai mis ce sentiment de côté et mon lundi a

[lire la suite]
Rédaction : 18/09/2006 Parution : 16/03/2012

Je suis Charlie

Vécu.
 
« Mais pourquoi tu portes ça ? »
"Ça", c'est un petit badge Je suis Charlie que j'ai bricolé à la hâte ce matin.
« Bin, par respect pour Charlie Hebdo !
- Mais pourquoi ? On n'en a rien à foutre...
- Pardon ?
- Mais qu'est-ce qu'on en a à foutre, ça s'est passé loin d'ici, ils ne viendront pas ici, ils ne me font pas peur !
- Mais ce n'est pas une question d'avoir peur ! C'est
[lire la suite]
Rédaction : 10/01/2015 Parution : 10/01/2015

L'exaltation du corps de la femme

Une fois allongés l'un contre l'autre, juste tendre la main sous le drap et effleurer la peau de sa hanche. Juste faire passer une empreinte digitale sur ses cuisses, son ventre, sa nuque, ses chevilles. Juste la caresser en évitant soigneusement, comme par jeu, ses seins ou l'intérieur de ses cuisses. Juste faire frémir sa peau, faire palpiter son bien-être, plonger dans ses

[lire la suite]
Rédaction : 10/12/2011 Parution : 19/03/2012

L'instant où je suis bien

Je suis bien. J'ai envie de crier comme je suis bien, envie de crier tellement je me sens serein. Je profite d'un jardin magnifique, d'une soirée magnifique, je vis des moments magnifiques, je suis calme, apaisé, à jour, à jour dans mes réflexions, à jour dans mes obligations, j'ai enfin rattrapé l'instant présent depuis tous mes passés oblitérés pour enfin, comme une première fois, le savourer

[lire la suite]
Rédaction : 20/05/2009 Parution : 19/03/2012

L'univers s'est refermé

 

L'univers s'est refermé sur mes maux,
les a encapsulés en un paquet cadeau,
qu'il m'a tendu en souriant.
Rédaction : 26/08/2009 Parution : 19/03/2012

La cabane à râteaux

 

J'ai construit, dans le champ au fond de mon esprit, une cabane de jardin. Jusqu'à l'inventer, j'ignorais jusqu'à l'existence de ce champ au fond de mon esprit. J'ai toutefois vite compris un besoin particulier , celui de stocker. Et derechef déduit l'emplacement idéal pour les y ranger. Car si ni mon quotidien ni mes moyens ne m'autorisent un jardin, j'ai fini par m'avouer qu'ils prenaient beaucoup de
[lire la suite]
Rédaction : 15/01/2012 Parution : 19/03/2012

La lettera amorosa

 

Comment pourrais-je accepter de contribuer sur le sujet de "la lettera amorosa" ?... Ma prochaine lettre d'amour sera un refus de la douleur, une ode à la tristesse, un hymne à la solitude.

Dans une lettre d'amour, il y a une lettre, plume sur vélin ou fulgurance électronique, maladroit support d'une explosion de sentiments, d'espoirs, d'attentes, d'abandons et de détresses. Une lettre explique, déclare,

[lire la suite]
Rédaction : 18/02/2007 Parution : 16/03/2012

La peine des mots

 

De mot en mot montent les maux.
Aveugles.
Clairvoyants, se croient-ils.
Bien pensants, se disent-ils.
Lucide ou collatéral,
Un mal est un mal.
Mal vu, mal joué, mal écrit,
Un mot reste une ancre,
Déposée sur l'océan de la feuille,
Arrimé au fond,
Point de repaire,
Nulle tanière,
Juste une encre déroulée
Sur le papier.
Chaque mot n'est là
Qu'au coeur d'une ligne,
Une ligne de
[lire la suite]
Rédaction : 27/01/2009 Parution : 19/03/2012

La réalité revisitée

Parvenir à transformer un réel aussi peu cohérent qu’un scénario de feuilleton, en autant d’univers que d’individus, de mondes personnels dont le perceptible n’est plus que l’intersection, le lieu d’échange, le partage. Remodeler le passé, les émotions et les heurts, construire un présent idéal, sans souci d’un futur qui sera bientôt lui-même reformaté. Créer des sentiments virtuels, des déprimes

[lire la suite]
Rédaction : 25/11/2006 Parution : 16/03/2012

La vie

 

"A la mémoire de..." était un texte sur la mort, telle que je la ressens, dans toutes ses réalités, ses douleurs, ses absences. Ce lieu que je t'ai offert sans a priori, tu en as fait une racine de vie, une graine de toutes les vies, un tuteur de mots auquel chacun va pouvoir s'accrocher à une intonation, une émotion, une réaction pour tenter de grandir, de s'élever vers la lumière que tu nous désignes. La vie... Trois lettres
[lire la suite]
Rédaction : 25/01/2009 Parution : 19/03/2012

La vie ne serait-elle qu'un long fleuve tranquille ?

Et si la vie n'était qu'un long fleuve tranquille ? Et si, simple débris, j'avais été ramassé dans quelque coin improbable pour être charrié, sans fin ni loi, par le flot parfois langoureux, parfois tempétueux de la vie ? Et si mon effort essentiel consistait à bien écarter les bras et les jambes, pour faire enfin la planche et rester à la

[lire la suite]
Rédaction : 12/08/2012 Parution : 12/08/2012

Le bonheur

A l’acmé de la solitude, alors que la raison tente insidieusement de faire valoir ses droits et ses valeurs, l’ennui affectif oscille lentement entre le doute et l’espoir. Ejecté d’un cœur de pierre probablement déjà cicatrisé, interpellé par un cœur d’artichaut qui n’a nul besoin d’attachement, harponné par un choix familial qui tend à exclure toute liberté individuelle, piégé par la disparition de toute envie, de toute

[lire la suite]
Rédaction : 20/03/2008 Parution : 19/04/2012

Le débat moral de la plume

 

Ma plume gratouille, ma plume démange, ma plume dérange. Ma plume a pris de l'audace. Elle se délasse désormais -que dis-je, elle se prélasse- dans les improbables successions d'émotions de personnages issus de nulle part, formant des textes inachevés, sans ligne directrice visible, simples bulles de salive écrites à la va-vite. Ma plume s'est pris les doigts dans un rythme mécanique -une
[lire la suite]
Rédaction : 15/09/2012 Parution : 15/09/2012

Le dernier titre

 

Noir. Croque-mort de la couleur, deuil de la beauté, négation de la gaîté. Noir majeur niant l'espoir, un noir sans histoire, une âme nécrosée qui ne veut plus voir le jour se lever, l'aurore s'élever. Je ne veux plus marcher dans la rosée, mais y être enterré, m'y carboniser au feu de mes pensées, regretter sans ligne d'arrivée tout ce qui m'a manqué, tous ceux qui se sont absentés. Demain ne sera pas, les

[lire la suite]
Rédaction : 08/04/2008 Parution : 19/04/2012

Le fou tourne

 

Il a quitté les rues telles des enfers, pavées d'intentions, pour pénétrer sans y penser dans un immense chantier en reconstruction. Il tourne, il tourne en des milliers de pas qui ne mènent nulle part, dans un univers de béton aux arbres de douleurs usées.
 
Au-dessus des avenues, dans le ciel dont il s'éloigne, il a déposé aux pieds de ses divinités les étoiles qui l'ont guidé, ne conservant par devers lui que
[lire la suite]
Rédaction : 29/11/2008 Parution : 19/03/2012

Le pote

Le type en chie. Il trimballe seul un matelas double. C’est lourd, c’est souple et ça ne tient pas en place. Il halète mais veut visiblement en finir au plus vite, s’est peut-être fait un point d’honneur à ne pas poser sa charge, ou bien il a trouvé la bonne prise et ne veut pas la lâcher. Néanmoins, il s’arrête soudain et semble réfléchir. Il jette un coup d’oeil à la poche de sa veste, hésite, puis dépose le matelas sur le

[lire la suite]
Rédaction : 14/08/2008 Parution : 16/03/2012

Le silence des pages qui tournent

Le silence, enfin. Le calme des maux abrogés, jugés, expiés. Le claquement sec d'un volume qui se referme, le bruissement soyeux de la première page d'un opus encore indéterminé.

Tant d'années de plongées en apnée au coeur de la douleur qui s'échouent sur une île de sérénité, une île de barbelés forgés, érigée d'un donjon solitaire élevé avec les pierres tombales du

[lire la suite]
Rédaction : 24/03/2012 Parution : 24/03/2012

Logement social

Je suis entré chez les cloportes. Par la porte. Comme tout le monde. Je ne m'attendais à rien -je n'ai pas été déçu. Une lumière blafarde tombait d'une ampoule nue et tentait d'isoler l'obscurité dans les recoins des portes numérotées au pochoir. Des portes blanches, jaunies et souillées par le temps, alignées au long de couloirs torturés. Le sentiment de me trouver dans un film d'épouvante, dans un Stephen King,

[lire la suite]
Rédaction : 30/01/2009 Parution : 19/03/2012

Lucidité

Mon Bouddah me regarde, me sourit, je l'embrasse sur le front et je lui dis : "ça ne te dérange pas si j'écris ?". Il se fend la poire, lui. Ca ne m'empêche pas de lui ajouter : "Hé, je crois que ma sérénité passe par ma lucidité". Il rigole toujours. Etre lucide en tout. Lucide. Probablement un dérivé de lux, lumière. Fiat lux et lux fuit. Quel éclairage donner aux derniers mois de ma vie ? Fiat lux. A leur enchaînement, à ces

[lire la suite]
Rédaction : 15/09/2008 Parution : 20/03/2012

Lumière noire

La goutte de sang qui fait déborder le vase de son esprit. Le sang du cri figé en veines meurtries. Le sens de ces avenirs devenus souvenirs, promesses sans ailes jetées en un plongeon irrémédiable par ces soupirants devenus chevaliers servants. L'instant s'est déployé en un voile noir, ses yeux se sont ceints du suaire inachevé des espoirs avortés, concession à vie pour des pensées abolies, rêves de troglodyte des

[lire la suite]
Rédaction : 09/11/2008 Parution : 19/03/2012

Lyrics for "Blue eyed red fish"

Mon pote guitariste me dit : "écoute ce morceau que je viens de créer, écoute ce que je ressens, écris-moi un texte". Pas facile. On a griffonné ça ensemble, à l'écoute de son instrument et de ses sentiments... Tous droits réservés @Buddy.

Comme une boule de douceur
Elle s'est logée contre mon cœur.
Sans un mot, sans un bruit,
Elle a apporté son sourire,
Partagé son
[lire la suite]
Rédaction : 17/03/2012 Parution : 31/03/2012

Magma

Vagues d'espoirs, rouleaux sans noir, dérisoires souhaits hagards aux ironiques faces hilares, visions sans nom de tréfonds inexplorés, abandons implorants à des sommeils définitifs, songes de plongées en apnées incisives. Sur le chemin maintes fois déjà tracé, ressassé, les douleurs ad nauseam creusent leur sillon sans égard, labourent l'homme, l'âme, la vie, transforment l'étal du paraître en une sanguinolente boucherie de sentiments

[lire la suite]
Rédaction : 08/12/2008 Parution : 19/03/2012

Moto pépère

Je quittai le circuit des 24 heures du Mans aussitôt proclamés les résultats de la course, comme des milliers d’autres motards avec lesquels nous formions des kilomètres de bouchons sur la voie rapide, au milieu desquels étaient englués quelques automobilistes qui n'avaient pas prévu la fin de la course lorsqu'ils avaient calculé leur parcours. Après vingt-quatre heures de liesse et d’excès, les pilotes, presque à l’arrêt,
[lire la suite]
Rédaction : 25/05/2008 Parution : 16/03/2012

N'être

N'être qu'une aventure dans ses yeux.

N'être qu'un partage passager,

Une confiance à peine accordée.

Naître en poète étranger,

Maître de sa propre destinée,

Disparaître dans la foulée,

En écrivain mal élevé

De mots non désirés.

Rencontrer sans prémisses ni conséquences,

Echanger musiques et danses,

Brûlures et mots qui pansent.

Etre, n'être qu'un moment,

Paître dans ses champs de visions,

Puis franchir les

[lire la suite]
Rédaction : 13/04/2008 Parution : 16/03/2012

Ne pas aimer

L'amour n'est-il pas, également, la raison sacrifiée et la déraison magnifiée, le temps arrêté où n'existent que des qualités, le battement stoppé d'un coeur dans l'attente, dans la quête d'un geste, d'un signal, d'un fanal pour illuminer notre chemin ? Comment de tels instants pourraient-ils durer, tant ils nous emmènent à des lieues de la robuste réalité qui, elle, sait si constamment nous rappeler à nos fidèles destins

[lire la suite]
Rédaction : 25/01/2012 Parution : 19/03/2012

Nothing

 

Why such a need of crying ? Why such a feeling of uselessness, such a thinking of emptiness, such an unprogressing way, why such a mess in the deepness of my thougts, why no howling echoing mine ? What's the goal of nothing ? Nothing.

[EDIT] Traduction libre de la VO :
Pourquoi un tel besoin de pleurer ? Pourquoi un tel sentiment d'inutilité, ce besoin de penser au vide, ce chemin qui n'avance pas, pourquoi un tel

[lire la suite]
Rédaction : 06/10/2012 Parution : 06/10/2012

Nous

Y'a pas, ça me démange d'écrire...

De t'écrire.
D'écrire notre nous dans mes mots,
non comme un pain quotidien, dont il faudrait rendre grâces,
plutôt comme une grâce quotidienne qui a trouvé sa place.
Un nous à date définie
- je peux te caresser le poignet ?
Un nous déjà bien engagé
dans nos ego blessés,
Un nous de chaque instant,
calme serein, reposé,
ou volcanique et épuisant.
Eh oui, nos corps luisants
de nos
[lire la suite]
Rédaction : 24/08/2009 Parution : 19/03/2012

Nuit

 

Quand le noir vous va si bien,
Quand il forme un traversin pour étrangler vos pensées,
Quand il vous étreint pour en son sein vous étouffer,
Quand il suinte dans l'encre sur le papier,
 
Il ne laisse derrière lui qu'une image désolée,
la plaine dévastée de vos regrets,
le cri inachevé de la surprise inarticulée,
le rire du destin devant vos rêves
[lire la suite]
Rédaction : 24/10/2011 Parution : 19/03/2012

Ode aux femmes, lettre d'amour, comme les larmes qui coulent sur mon visage

 

L'impression de ne plus exister. D'avoir démérité. Le sentiment -nécessairement vaguement envieux- que d'autres inconnus sont plus proches de toi, ont plus besoin de ton temps, de tes mots que moi.

J'aurais tant aimé que tu sois ma douce, mon cœur, ma jolie, mon amour. Celle que j'aime que les autres regardent,

[lire la suite]
Rédaction : 22/07/2012 Parution : 03/08/2012

Off

Ce devait être la trame d'un roman. Et puis, finalement, ce scénario traite mieux le thème sans tout ce que j'ai pu tenter de lui ajouter...

Chapitre 1.       

Je suis. Moi, libre. Globalement, je me plais tel que je suis. En couple, heureux. Nous n'avons pas d'enfant, par choix. Nous n'avons pas d'animaux, par choix aussi. Nous voulons juste être nous deux, libres, sans attaches ou obligations particulières. À peine

[lire la suite]
Rédaction : 27/04/2014 Parution : 02/09/2014

Pas envie de dire

 

Dur d'écrire quand on a trop à dire. Difficile pourtant de résister au stylo qui te fait de l'oeil dans le sac à dos. Tu as le temps devant toi, des millions d'étoiles à raconter, celles que tu as formulées durant tes insomnies répétées sans avoir eu le courage de les jeter immédiatement sur le papier. Tu es complexé par Grand Corps Malade qui dans ton oreille raconte bien mieux que toi tes sentiments, ta

[lire la suite]
Rédaction : 08/04/2008 Parution : 19/04/2012

Pas eu le temps de chercher un titre (inachevé)

NDA (Prologue)

J'avais les personnage, un début de scénario qui se tenait, la plume était en forme, tous les indicateurs au vert. Je montre le schéma général à l'une de mes primo-lectrices. En réponse, un grand blanc, puis : "C'est ça que tu veux écrire ? C'est n'importe quoi !". Malgré ses efforts ultérieurs pour soigner la vexation qu'elle venait de m'infliger, le sort

[lire la suite]
Rédaction : 19/08/2012 Parution : 07/10/2012

Pensées caillées

 

Dans un passé proche, je criais mes douleurs, ma tripe douloureuse, la perte de la lumière, l'arrachement de mon amour, ma faiblesse d'y croire encore. Les mots jaillissaient spontanément, comme les gerbes sanglantes de l'hémorragie d'un coeur qui s'assèche. Les émotions se morcelaient naturellement en gouttelettes projetées sur la toile blanche de la page, oeuvre post-mortem d'un artiste définitivement
[lire la suite]
Rédaction : 29/01/2012 Parution : 19/03/2012

Pensées d'un dimanche après-midi

 

Emilie Simon, Eagles, Ray Vaughan, Manset accompagnent mes doigts sur le clavier. Envie de jeter mes pensées sur ce papier électronique. Envie d'oublier ce que je devrais faire et de juste jeter des mots sur le clavier, tenter d'y reproduire le rythme de mes idées. Ralentir mes réflexions pour que mes doigts puissent les capter, les transcrire. Ecouter Diane Reeves chanter Noël.
[lire la suite]
Rédaction : 13/10/2009 Parution : 19/03/2012

Pièce de puzzle

 

Ceux qui l'ignoraient ne pourront plus faire semblant et ceux qui le savaient ne l'ignorent pas, j'attaque le dernier tiers du très fameux Contrat de Sécurisation Professionnelle qui permet à Pôle Emploi de ne pas me décompter parmi les chercheurs d'emploi, moyennant des avantages qu'il serait impossible de critiquer sans mauvaise foi.

Mais puisque le temps passe et qu'approche l'échéance d'un amer retour

[lire la suite]
Rédaction : 03/12/2012 Parution : 23/03/2013

Pleure, ça te fera du bien

Tu me manques. Rien de bien original, juste comme si le morceau de ma tripe où tu te trouvais m'avait été enlevé. Et comme je ne te l'écrirai pas, la journée a été plutôt grise. D'un gris suffisamment soutenu pour que j'envisage de pleurer. D'un gris si soutenu qu'il en virerait facilement au noir. Le noir du deuil de cette amie qui nous a laissé sur le bord du chemin, le noir des pleurs qui

[lire la suite]
Rédaction : 05/11/2011 Parution : 19/03/2012

Plus de temps

Le temps le temps, mais qu'est-ce que le temps ?

s'écriait le Lapin blanc dans Alice aux Pays des Merveilles (Charles Lutwidge Dodgson, sous le pseudonyme de Lewis Carroll)

 

 

Le temps semble s'être arrêté.
La petite aiguille des instants
ne fait plus tomber le présent,
comme auparavant, dans le passé.

Chaque moment s'étire et dure,
tel un animal à l'âme pure
qui se pelotonne, ronronne
et jamais ne se

[lire la suite]
Rédaction : 03/04/2012 Parution : 03/04/2012

Poème à toutes

 

Envie d’écrire. De t’écrire. Une hérésie de mots savoureux, d’autres rugueux ou simplement coléreux. De te raconter sans rien sublimer les faits de ma journée. De te narrer mes pensées noires et mes espoirs, ma poésie et mes envies. Envie de t’écrire ce que tu es pour moi, ce que j’attends de toi. Envie de te dire, des fois, ce que tu représentes pour moi. Mais sauras-tu lire entre les phrases les silences

[lire la suite]
Rédaction : 31/03/2008 Parution : 19/04/2012

Pour Aile

 

Tel un gamin affolé
je pleure sur le clavier de mes mots.
Sont-ils beaux, sont-ils moi,
ils sont en tout cas
le paraître de mon être.
 
Des mots de moi
que j'écris à Aile,
des mots d'amour que je sais être douleur,
des mots d'un amour que j'ai su être bonheur.
 
J'en ai conservé
comme une fragrance d'insolence,
un fumet de liberté,
une beauté tellement plus que partagée,
vous êtes beaux, tous
[lire la suite]
Rédaction : 29/11/2008 Parution : 22/04/2012

Pour toi

 

 

Pour toi je forcerai encore le destin,
Pour toi je marcherai encore le matin,
Pour toi j’inventerai des mots sans fin.
Pour toi j’apprendrai enfin
A comprendre ce que tu crains,
A aimer ce que tu deviens,
A supporter ton dédain.
Pour toi j’irai toujours plus loin
Pour retrouver ton corps, tes seins,
Plonger dans ton regard félin.
Pour toi je serai moins crétin
Tant il suffit parfois d’un rien
Pour
[lire la suite]
Rédaction : 20/03/2008 Parution : 19/04/2012

Pourquoi tant d'amour

L'amour est comme un miel
dans lequel baignerait Celle
qui aura jailli de mon ciel,
répondant à mon appel.
 
Un amour conditionnel,
conditionné et cruel,
fragile comme une aile,
possesseur et sensuel.
 
Un amour traditionnel
aux invraisemblables rituels
de râteaux et de pelles
dans un jardin cicatriciel.
 
Un amour passionnel,
un autel
[lire la suite]
Rédaction : 13/09/2013 Parution : 13/09/2013

Prémonition

 

Il regardait par la fenêtre sans prêter attention au paysage qui défilait. Le
fleuve le ramena au cours boueux de ses pensées, de sa vie. De ses
échecs, de ses pertes sans gains, de ses mauvaises décisions,
mauvaises réactions, mauvaises analyses. Au putain de fil de ce putain
de destin auquel il était pendu et à l’extrémité duquel il traînait dans la
poussière. Poussière de la spirale de ses choix, qui
[lire la suite]
Rédaction : 11/08/2008 Parution : 22/04/2012

Promettre

Promettre est un verbe qui ne se conjugue pas, qui ne s'offre pas, qui ne se demande pas. C'est un verbe qui se vit, qui se constate, qui se sait, qui se sent. C'est un verbe au futur même lorsqu'il est au passé, un verbe de devin qui seul pourrait voir plus loin, un verbe qu'on dit maintenant quand on parle de demain, un verbe qui aujourd'hui oublie qu'il a été dit. C'est un engagement sans clause de résiliation, une signature

[lire la suite]
Rédaction : 11/04/2008 Parution : 16/03/2012

 

Dick poussa la porte entrebâillée, posa au sol le pack de lait et le poussa du pied pour lui faire franchir le seuil, puis lâcha les sacs de courses qui lui sciaient les doigts. Se redressant, il se massa le bas du dos tout en se dirigeant vers la cuisine où, harassé, il s’écroula sur l’une des deux chaises qui se faisaient face autour de la table.
 
Après quelques instants d’immobilité, il énuméra les tâches qu’il lui restait à
[lire la suite]
Rédaction : 30/04/2012 Parution : 01/05/2012

Quais de gare

Les voix synthétiques se mêlent au brouhaha de la foule. Elles annoncent des départs et des retours, des horaires de retrouvailles ou d'abandons. Les voyageurs fatigués par leur journée de travail se mêlent aux familles excitées, assises sur leurs valises ou surveillant leur chargement de bagages pour leur départ en vacances. De temps en temps, un morceau de la foule se désagrège pour rejoindre le quai annoncé. Parfois,

[lire la suite]
Rédaction : 22/04/2008 Parution : 16/03/2012

Quête aboutie

 

J'ai longtemps somnolé
comme en apesanteur.
Puis j'ai longtemps cherché
le bonheur.
Sans définition, sans savoir
quelles en étaient la couleur,
la saveur, l'odeur,
sans même pouvoir
le reconnaître si je le croisais.
Je m'en suis approché
et j'en ai souffert
je m'en suis éloigné
et j'en ai souffert.
Alors j'ai cessé de quêter
un bonheur indéfini
pour juste me laisser couler
des jours
[lire la suite]
Rédaction : 03/08/2008 Parution : 22/04/2012

Ramage

Sans mentir, si mon pelage s'en tenait à mon ramage, malgré les plumes de sage qui ornent désormais mon visage, le temps des ravages envahirait la cage, sans rage ni carnage -le lion est déjà mort ce soir de son grand âge- et je tournerais la page, mage sans pouvoir d'une histoire sans plage. Sans mentir, à l'étiage de l'inspiration, chaque mot est un gage, punition de l'invention à savourer sans modération, pari poétique d'une

[lire la suite]
Rédaction : 01/01/2007 Parution : 16/03/2012

Répons grégorien

 

Un répons est à l'origine un chant alterné entre un soliste et un chœur, utilisé dans un office liturgique, et participant en particulier du chant grégorien.
 
On disait que tu faisais le choeur,
je ferais le soliste alors.
 
On disait que tu étais l'une de ces voix,
ces voix qui ne se voient pas,
et que nul ne semble entendre,
mêlées qu'elles sont dans leur ensemble.
 
On disait que tu
[lire la suite]
Rédaction : 04/01/2012 Parution : 19/03/2012

Réunion au sommet

Réunion au sommet du donjon. Naturellement.
 
La déesse de l'Amour a été dispensée de se présenter, car elle semble avoir un poids sur l'estomac, comme un tombeau qui lui pèserait, et a préféré y rester allongée.
 
Le Bienheureux, celui qui a déjà tout vaincu, et son compère le fils de Sémélé se tiennent, penauds, entre deux meurtières. Bien qu'ils ne se serrent pas entre eux, ils partagent la même
[lire la suite]
Rédaction : 05/04/2012 Parution : 05/04/2012

Réunion au sommet - l'attente

 

Le sommet se poursuivait.
 
Convoqués dans la salle à manger transformée en salle de réunion, ils attendaient toujours une parole du maître de céans pour se permettre enfin de respirer. Depuis un long moment déjà, ils avaient exprimé leurs idées, leurs souhaits. Ils avaient écouté et s'étaient imprégnés de la révolution qui leur était suggérée : un avenir, un futur peut-être
[lire la suite]
Rédaction : 18/04/2012 Parution : 19/04/2012

Réunion au sommet - Plongée

 

 

Le guerrier aux yeux d'acier semblait transcendé. Immobile depuis plusieurs éternités, il semblait poursuivre une méditation profonde, à peine consciente de l'univers qui l'entourait et pourtant aux prises avec chacune de ses forces, de ses énergies. Son corps vibrait, rayonnait le cœur de ses pensées. Pourtant, plus il s’enfonçait dans des méandres cosmiques qu’il ne comprenait que
[lire la suite]
Rédaction : 28/04/2012 Parution : 28/04/2012

Révérence

 

Vanité égoïste d'une attente triste, l'espoir s'endort lorsque s'éveille la conscience que, de dehors, ne viendra nulle information, nul encouragement à redorer ces situations sans nom, anonymes parce que secrètes, sans rimes parce que uniques, mimes cyniques qui ont amusé leur public et qui ont sans rappel tiré leur révérence inique.

Rédaction : 31/03/2008 Parution : 19/04/2012

Saisine

 

Merci à Seb pour ses précieux renseignements.
 
 
Ce soir-là, Dick rentra tard du boulot. Médecin à l’hôpital, il avait enchaîné plusieurs gardes : il profitait que sa fille Cheryl passait le week-end chez une amie. Un peu plus tôt, elle l’avait amusé en lui décrivant au téléphone sa vision de la soirée-pyjama à venir. Puis il s’était replongé dans les urgences pour finir son service.
 
Comme il avait
[lire la suite]
Rédaction : 08/06/2012 Parution : 11/07/2012

Scène de vie, acte irrémédiable

Décor : Scène urbaine. Une pluie fine mouille à peine les rues. La tenue des passants montre qu'il fait froid, chapeaux, gants, parka. La lumière est blafarde, presque grise. Il se tient près de la fenêtre et observe le spectacle citadin.

Lui (1) :
Ils sont courageux, je trouve. Tu mettrais un pied dehors, toi, par le temps là ?

Lui (2) :
Ce matin il faisait beau, on aurait pu

[lire la suite]
Rédaction : 11/12/2011 Parution : 20/03/2012

Schizone Life

- Hello !

Ils levèrent à peine la tête.

- Excuse me, dit-il en passant entre eux.

L’un se tenait debout, l’air abattu, et l’autre qui lui faisait face avait déjà gagné deux dollars parce qu’il était assis sur ce banc depuis plus de dix minutes. Il s’éloignait des deux individus en cherchant la foule qui lui avait été annoncée, lorsque la question l’arrêta.

- Ojar ?

Surpris d’être hélé par son prénom, il

[lire la suite]
Rédaction : 08/12/2007 Parution : 16/03/2012

Service de la propreté

 

Une place animée, traversée par des voyageurs pressés et des touristes fatigués. Les mamans stressées traînent leurs bambins usés, ramassent le doudou, grondent le grand qui s’est éloigné. Un flic prend son temps pour rédiger un PV, le dépose soigneusement sous l’essuie-glace –il va même jusqu’à le redresser pour respecter l’esthétique réglementaire– et s’éclipse au moment où le conducteur

[lire la suite]
Rédaction : 15/03/2008 Parution : 16/03/2012

Ses yeux

Amour émietté,

Saupoudré comme des perles du passé

Existence perdue, reconnaissance envolée

Fini d'être dans les yeux de l'autre,

ne plus être

D'exister par ce qu'on te voit

et non être en soi

Ne plus respirer par cette vision renouvelée

que l'autre a de toi

Revenir au quotidien abrasé

connu sur le bout des doigts

Ne plus sentir rages, peurs, craintes, colères,

preuves d'exister

Retourner aux lois,

[lire la suite]
Rédaction : 11/04/2008 Parution : 16/03/2012

Si vite que passât l'instant

Je ne sais plus écrire le noir.
Pourtant,
en d'autre temps,
les mots auraient jailli,
blessés de ressentis,
en longs sanglots
des violons
de la déception.
Mourir d'amour
quand on n'aime point encore,
couvrir le feu
qui ne prend corps,
oindre d'onguent
les égratignures du temps
et se relever,
plus grand, plus fort,
d'un instant
[lire la suite]
Rédaction : 13/08/2013 Parution : 13/08/2013

Siège électrique

Les premiers membres de chaque commando prirent place autour de chaque cible et neutralisèrent les rares techniciens présents, puis, en communiquant par gestes, firent entrer les troupes. Exactement au même moment, tous les centraux électriques, ainsi que toutes les lignes de transport d’énergie, furent détruits par des explosions  discrètes qui illuminèrent brièvement le ciel. Au milieu de la nuit, rares furent

[lire la suite]
Rédaction : 01/05/2006 Parution : 16/03/2012

Siège électrique, 5 ans plus tard

 

Les premiers membres de chaque commando prirent place autour de chaque cible et neutralisèrent les rares techniciens présents, puis, en communiquant par gestes, firent entrer les troupes. Exactement au même moment, tous les centraux électriques, ainsi que toutes les lignes de transport d’énergie, furent détruits par des explosions  discrètes qui illuminèrent brièvement le ciel.

[lire la suite]
Rédaction : 31/07/2011 Parution : 19/03/2012

Soleil couchant

 

Le soleil couchant était quasiment masqué par les lourds nuages de l'orage naissant. A l'exception d'un unique rai presque blanc qui illuminait son armure, le monde semblait s'être réfugié dans une pénombre lourde, pesante comme les armes qu'il tenait, oppressante comme les pensées qui l'assaillaient. En se retournant pour contempler l'armée qui le suivait, il fit au prêtre le signe de reculer, que l'homme de
[lire la suite]
Rédaction : 22/02/2012 Parution : 19/03/2012

Sortilège

Il l’avait vue tomber et s’était rapproché pour l’aider. Elle avait noté que le froid de ses yeux s’était enfin réchauffé à son contact. Maintenant, elle ne lançait plus que quelques piques pour les retirer juste à temps, avant qu’elles ne le touchent trop profondément et qu’il se rende compte que sa protection métallique avait fondu presque entièrement sous son regard. Elle ne pouvait cependant prolonger ce jeu
[lire la suite]
Rédaction : 04/09/2014 Parution : 04/09/2014

Sum, ergo cogito. Sed cogitare nolo

Marre d'attendre.
D'espérer.
D'imaginer.
De rêver.
De crever.

Marre d'y croire.
De ne rien voir.
No future, no miroir,
Marre du noir.

Marre de n'être
qu'un paraître.
Un homme de lettres,
certes sans maître
sans reître,
aux mots qu'on envoie paître.

Marre de pleurer
celle qui m'a quitté,
celles qui m'ont blessé,
lassitude de chercher,
fouiller, fouiner,

[lire la suite]
Rédaction : 10/12/2011 Parution : 20/03/2012

Surtout pas bouger

 

Les pensées fulgurent dans ma tête comme ces éclairs qui en quelques
instants ont remplacé le soleil par leurs lueurs violentes et intermittentes.
Tandis que dehors l'orage gronde et que craquent les cieux, tandis que je
me sens à l'abri de la pluie et des intempéries, rôde en moi une tempête
de questions. Qui suis-je, que suis-je est la principale goutte de cette
averse violente qui se déverse
[lire la suite]
Rédaction : 26/07/2008 Parution : 22/04/2012

Taux de bonheur

 

Quelle est la frontière entre le bien et le mal, aller bien et aller mal, se sentir bien ou mal à l’aise ? Comment définir l’instant qui a transformé le blues en rock’n’roll ? Comment connaître le taux qui définit le malheur et le bien-être, le malaise et le bonheur ? Comme j’aimerais avoir le temps d’écrire, de t’écrire, des mots cinglants, des phrases porteuses, des sous-entendus, des rimes sans vocalise, des

[lire la suite]
Rédaction : 31/03/2008 Parution : 19/04/2012

Tes mots

J’aime les mots.
Les mots soupirs, les mots d’amour.
J’aime les écrire, j’aime les sentir,
J’aime me laisser partir, envoûter
Par tes silences, par tes respirations,
J’aime tes mots qui parlent de toi,
Je les entends, je les reçois
Et ton absence devient existence.
J’aime ces mots parfois poètes sans poésie
Et parfois poésie sans poète,
J’aime les mots de nous,
Sans fin.

Rédaction : 15/07/2011 Parution : 20/03/2012

TS d'une idée noire

 

Trait de sang. Eclats de mûres sur les murs blancs. Ecarlates signatures. Dernière image d'âme sans peine. Tonnerre de rage, fin des cris sages, les trainées humides forment un adieu sans concession, construction caricaturale d'un rêve abouti de destruction, cessation cause liquidation. Terminus vers l'inconnu, ouverture d'esprit au grand large, explosition de sentiments sanguinolents, saine morbidité

[lire la suite]
Rédaction : 27/03/2008 Parution : 19/04/2012

Tu apprendras la vie

 

Ce texte n'est pas de moi, mais de Veronica A. Shoffstall. Les versions anglaise et française sont suffisamment différentes pour que je me fasse l'écho des deux.
 
Après quelque temps,
 
Tu apprendras la différence entre tendre la main et secourir une âme.
Et tu apprendras que aimer ne signifie pas s’appuyer, et que compagnie ne signifie pas toujours sécurité.
 
Tu commenceras
[lire la suite]
Rédaction : 03/01/2012 Parution : 19/03/2012

Ultimate AI

uAI contemplait le nuage. Elle avait pris cette décision seule. Devant elle tourbillonnaient sept milliards de points microscopiques au sein de ce qui ressemblait à un cocon de soies à l'épaisseur infinitésimale. L'ensemble formait une sorte de boule cotonneuse, déformée et aplatie, dont la surface évoluait en permanence. Parfois, un morceau de coton s'en échappait, retenu seulement par quelques fibres qui s'allongeaient
[lire la suite]
Rédaction : 03/06/2016 Parution : 03/06/2016

Un billet pour deux

Lorsque Jacques Pedin cassa sa pipe, son épouse Marthe avait eu le temps de se préparer. Il s’était éteint dans la chambre d’hôpital qu’il occupait depuis presque un an. 

 
Les infirmières lui avaient téléphoné pour lui annoncer le décès et elle avait marmonné. « Tu ne pouvais pas attendre ma visite ? Tu savais pourtant que je serais là, comme tous les jours ! ». Puis elle avait appelé un taxi et
[lire la suite]
Rédaction : 05/05/2012 Parution : 05/05/2012

Un jardin océanique

Cet ami qui m'a offert, en son temps, de profiter de son jardin, de l'ombre des palmiers, du thé à la menthe aux effluves de jasmin, je souhaite à mon tour l'inviter dans un havre de sérénités océanes. Nul dattier ici, plutôt des pins parasols. Nul thé de bienvenue, plutôt un verre de vin rouge. Nul camembert pour autant car c'est, vu depuis ce lieu, une spécialité bien trop lointaine... Un feu de cheminée

[lire la suite]
Rédaction : 18/03/2012 Parution : 31/03/2012

Un poème pour Leene

 

Un poème pour Caroleene
 
J’aime les mots.
Les mots soupirs, les mots d’amour.
J’aime les écrire, j’aime les sentir,
J’aime me laisser partir, envoûter
Par tes silences, par tes respirations,
J’aime tes mots qui parlent de toi,
Je les entends, je les reçois
Et ton absence devient existence.
J’aime ces mots parfois poètes sans poésie
Et parfois poésie sans poète,
J’aime les mots de
[lire la suite]
Rédaction : 06/07/2010 Parution : 19/03/2012

Un premier anniversaire

Haïr. Aimer. Souffrir. Souhaiter sans y croire. Espérer sans espoir. Croiser les doigts pour fermer les yeux. Retenir les sanglots de colère impuissante. Arrêter le défilement des instants. Se bâillonner pour ne pas entendre le grondement du moment qui approche inexorablement. La menace de ce train lancé à pleine vitesse que je vais prendre dans la gueule. Le 24/10 à 12h24. Comment quitter la voie,

[lire la suite]
Rédaction : 07/10/2012 Parution : 07/10/2012

Un virolo de trop

 

A l'instant où les roues de la moto décollèrent légèrement au sommet de la côte, Dick prit conscience qu'il était "trop". La fin de la phrase fulgura en une gerbe de pensées plus rapides que la lumière. Vite. Concentré. Con. Inconscient. En danger. Avant même que l'adrénaline ait eu le temps de jaillir, elles se recristallisèrent brutalement en une unique question. "Il y a quoi, derrière ce sommet ? Droite
[lire la suite]
Rédaction : 25/05/2012 Parution : 11/07/2012

Une histoire d'une nuit

La nuit tombe et sans tarder, affamée, va avaler le monde entier, ses couleurs comme ses douleurs, ses envies comme ses ennuis, abolissant la lumière en un rite millénaire. Elle tombe, sombre, guidant l'espoir vers l'ombre, l'envie vers le néant, ensommeillant la vie dans l'attente d'un potentiel lendemain lumineux. Le noir l'accompagne, engourdissant méthodiquement les reflets désormais passés, les

[lire la suite]
Rédaction : 01/04/2012 Parution : 01/04/2012

Une terre étrange

Il est une terre étrange où le temps s'est comme figé. Ni raison ni passion n'y ont semé leurs graines de sagesse ou de folie. Ni le temps ni l'argent n'en parfument le vent. Nul passé, nul futur n'ennuagent son ciel. Une terre étrange, comme une vague s'élevant sur un océan, une vigie guettant l'horizon, solide comme un roc et pourtant si exposée aux éléments qui l'entourent. Une terre si inhospitalière qu'elle

[lire la suite]
Rédaction : 16/02/2012 Parution : 19/03/2012

Urgences

 

 

Tous les faits, tous les lieux, tous les personnages présentés ici son réels. Seuls quelques noms ont été changés.

La file d’attente passait les portes de l’établissement et s’étalait largement à l’extérieur. Peu de temps après son arrivée, elle en comprit la raison : il n’y avait à l’accueil qu’une seule personne, chargée d’établir les dossiers, de qualifier la gravité des cas et qui s’absentait régulièrement vers les

[lire la suite]
Rédaction : 17/08/2006 Parution : 16/03/2012

Vampire

 

Je suis un vampire. Je m’en suis aperçu lorsque le vieux a quitté la salle du restaurant. Il était là avant moi, et je n’avais eu aucune envie de discuter avec lui. Oh, il portait bien, le vieux. Grand –immense en fait, quatre vingtaines bien tassées. Courtois, presque suranné. Un homme charmant, semblait-il. Mais je n’avais pas envie de lui parler, pas envie qu’il me saoule de sa vie, pas envie de nouveaux amis, même éphémères.

[lire la suite]
Rédaction : 27/08/2006 Parution : 16/03/2012

Verdict

 

Réunion presbytérienne : pensée bien ordonnée commence par soi-même, jugements sensés de songes démodés, le tribunal sentencieux a tranché.
 
Ils sont coupables.
 
L'un de rêver tandis que l'autre somnolait, celui-ci d'avoir franchi une barrière insoupçonnée, tel enfin d'avoir aimé. Précieux mélange, saveur étrange, choix de pouvoirs, noirs échos résonnant du fond des granges.
 
Coupables ils se sont
[lire la suite]
Rédaction : 22/07/2012 Parution : 03/08/2012

Verts iris

Même si son regard se perdait, au-delà des baies vitrées, sur des paysages colorés, des foules animées, la poussière d'activités qu'il ignorait, son esprit quant à lui explorait le passé, les relations enterrées, le silence assourdissant qui avait encadré ses nuits et ses journées.
 
Ses yeux bleus perçaient la ligne d'un horizon intérieur tandis qu'adossé à la cheminée -éteinte en cette chaude soirée d'été- il
[lire la suite]
Rédaction : 03/08/2013 Parution : 03/08/2013