Assaut

Son regard avait été attiré par un petit éclat lumineux très bref à droite, là-haut.
 
Là-haut, il n’y avait que les restes d’un donjon, partiellement écroulé. Une forteresse devenue inutile à force de brèches et de cavités béantes. En leur temps, ces murailles avaient certainement retardé bien des intrus dans leur progression vers l’affrontement rapproché, laissant les importuns plus longtemps que prévu sous le feu de la défense. Aujourd’hui, ses vestiges n’offraient plus guère qu’une illusoire protection morcelée, un joli terrain de jeu pour qui voulait s’amuser à chat.
 
Elle s’était décidée rapidement, sans plus de réflexion, à grimper en direction des ruines. De toute manière, quand on ne sait pas où on va, toutes les routes sont favorables pour se créer un nouvel élan. Et puis, de là-haut, elle aurait certainement une vue différente du paysage qui l’environnait, peut-être même qu’elle parviendrait à savoir où elle était, où plutôt quelle direction elle pourrait reprendre ensuite.
 
Si le donjon ne tenait plus son rôle depuis quelques siècles, en revanche le temps avait transformé son accès en parcours du combattant –la nature est ironique parfois– et elle progressait difficilement dans cette végétation redevenue sauvage, bardée de ronces et d’orties.
 
Elle était en train de s’énerver contre un chardon qui refusait ostensiblement de lâcher sa longue jupe déjà déchirée à plusieurs endroits lorsqu’elle sentit sa présence. Il était là, debout, dans son armure. Elle se serait volontiers moquée de son lourd équipement de fer trahissant son envie de l’impressionner et qui raidissait chacun de ses mouvements, si ce n’était ce regard métallique, dur, glacial, presque cruel, qu’il dirigeait vers elle. En quelques secondes, elle avait élaboré un début de stratégie dans laquelle la fuite n’était pas une option : affrontement puis obédience, séduction et enfin assujettissement. Elle allait la prendre cette forteresse. Le feu glacé contre le froid brulant.
 
 
Ses yeux se décillèrent tandis qu'il revenait de son songe d'éther. De vapeur, son esprit redevint corps. D'universels, ses sens perçurent à nouveau la piqûre de la rosée, la tiédeur de la brise.
 
Il se sentait empli d'une énergie nouvelle, imprégné du sentiment d'avoir effleuré ces réponses qu'il avait invoquées, gonflé de la certitude que, de toutes ces coïncidences passées, allait naître son instant futur.
 
S'il entendait toujours les sinistres grondements qui, au loin, agitaient le monde d'effrayants soubresauts, son attention portait surtout sur les bruits de la nature sauvage qui entourait les ruines de son donjon.
 
Sur un bruit, en particulier. Sur le son de quelqu'un qui oserait s'approcher. Il tourna ses yeux clairs vers l'origine de l'intrusion sonore.
 
Elle avait osé affronter la nature hostile qui le protégeait encore.
 
Elle avait osé se déchirer pour l'approcher. Elle n'avait pas craint son regard métallique, préférant lui opposer la chaleur de son regard. Elle avait senti la chaleur de la passion réchauffer son âme glacée.
 
Le feu glacé et le froid brûlant.

donjon

19/08/2014

Mentions légales et conditions d'exploitation

http://www.pollux-sautereau.com/ecrit/assaut
Conditions d'utilisations définies à http://www.pollux-sautereau.com/mentions/legales
12/12/17